Nos cyberathlètes : Jérôme « KzN » Tanguay

 « Nos cyberathlètes » est une série d’entrevues/portraits qui dépeignent les professionnels de jeux vidéo compétitifs au Québec. Célébrons leurs succès! Suivons-les et encourageons-les!

Par JEAN-MICHEL LÉPINE, collaborateur

Après une deuxième place dans la division nord-américaine du Heroes Global Championship (HGC), la ligue principale du jeu Heroes of the Storm (HotS), jumelée d’un top 8 aux finales mondiales se tenant au BlizzCon, Jérôme « KzN » Tanguay, connu jusqu’à récemment sous le pseudonyme « KilluZiioN », n’a rien à envier à personne à la suite d’une deuxième moitié d’année 2017 prodigieuse côté performance.

« La première moitié de l’année a été relativement difficile », plaide-t-il. « Nous avons évité de justesse le tournoi de relégation. Ensuite, nous devions nous réunir pour discuter de nos objectifs et savoir si tout le monde était sur la même longueur d’onde. »

C’est avec le changement de mentalité qui a découlé de cette réunion inévitable que le succès et venu pour l’équipe professionnelle de Jérôme, Team Freedom : « Notre but, ce n’est pas seulement de rester dans la ligue. Notre but, c’est de faire les LANs. C’est d’être les meilleurs en Amérique. »

Les facteurs de cette ascension vers le succès? Des modifications dans l’alignement, des changements dans l’éthique de travail et dans le régime de pratique. Ayant fait ses débuts sur League of Legends, KzN a changé son fusil d’épaule pour se concentrer à temps plein sur Heroes of the Storm, un choix qui s’avéra très judicieux.

Suivez KzN sur les réseaux sociaux :

Twitter : https://twitter.com/KilluZiioN

Twitch : https://go.twitch.tv/killuziion

La folie du BlizzCon

Avec leur deuxième place dans la ligue nord-américaine, Team Freedom s’est permis une qualification au tournoi ultime de la saison 2017 qui se tenait au BlizzCon.

Une semaine avant le tournoi tant attendu du 3 et 4 novembre dernier avait lieu la ronde des 16. Team Freedom hérite d’un groupe que KzN qualifie modestement d’assez facile. Son équipe se fraye un chemin jusqu’aux quarts de finale en récoltant la deuxième place du groupe. Au premier rang du même groupe? Les champions européens Fnatic, desquels Team Freedom réussit à arracher la deuxième manche du match en s’inclinant tout de même 2 à 1 au final.

Le tirage au sort qui suit fait des heureux, mais pas pour Jérôme et Team Freedom qui doivent affronter la meilleure équipe au monde en quarts de finale, les Coréens de MVP Black : « La première carte a été difficile. Nous nous sommes fait solidement corriger. La deuxième était plus serrée, mais en fin de compte leur contrôle était beaucoup trop fort. »

L’ambiance folle du BlizzCon pourrait sembler déstabilisante pour certains, mais ne l’a été que modérément pour notre Québécois : « C’est beaucoup moins stressant que l’on s’y attendait. Tu entres sur la scène et les centaines de spectateurs applaudissent. Tu te dis : OK, ça va être stressant sans bon sang. Ensuite, tu t’assois, tu mets ton casque d’écoute et 30 secondes plus tard, l’angoisse se dissipe. Une fois dans le match, c’est comme si tu étais à la maison devant ton écran. »

D’amateur à professionnel

En passant de Warcraft 3 à Call of Duty, c’est avec Starcraft 2 que le résidant de Rouyn-Noranda découvre le esport et se rend compte que c’est une passion qu’il désire poursuivre. Il passe ensuite trois ans sur League of Legends où il effleure le rang prestigieux de Challenger. Il se rend dans le premier centile des meilleurs joueurs du jeu, mais ce sera finalement avec Heroes of the Storm que sa carrière démarre.

Il débute dans les rangs semi-pros à la position de tank et après quelques bonnes performances, il se taille une place chez la formation Astral Authority, lui permettant de compétitionner au plus haut niveau. Peu de temps s’écoule avant que l’organisation ne le laisse allez en raison de résultats peu convaincants pour l’équipe. Jérôme ne se laisse pas abattre et continue de croire en son talent. Il change de rôle et revient à ses racines de support, un rôle qu’il jouait dans ses années de League of Legends. Il réussit à avoir un essai avec le club amateur Grandmaster Jacket où il se requalifie dans la grande ligue. Suite à cet accomplissement, son équipe se fait approcher par l’organisation Team Freedom qui décide de les prendre à sa charge.

Par pure coïncidence, puisqu’ils ne se connaissaient pas à priori, l’équipe recrute un deuxième Québécois en Philippe « Nazmas » Laberge au rôle de DPS. En tant que francophone devenu bilingue, Jérôme parle pour les deux en disant n’avoir que très peu de problèmes avec la barrière que peut constituer la langue : « Ce n’est pas si pire. Il y a toujours un petit moment farfelu par-ci, par-là où les autres membres de l’équipe ne comprennent pas ce que l’on veut dire », explique-t-il. « Par contre, il n’y a jamais de souci en plein match, mais ça arrive lorsqu’on discute stratégie. On finit quand même toujours par se comprendre en bout de ligne. »

KzN et Team Freedom ont terminé leur beau parcours en quarts de finales au BlizzCon 2017 – Photo Blizzard Entertainement

Ayant laissé de côté ses études en programmation, pour KzN, Heroes of the Storm, c’est du temps plein. Le manager de l’équipe programme l’horaire de pratiques des joueurs et ceux-ci s’entraînent environ 8 heures par jour. La scène compétitive de HotS étant encore relativement limitée pour l’instant, elle ne permet pas encore aux joueurs d’habiter en maison d’équipe pour faciliter la pratique. « Une journée typique est assez chargée », affirme le rouynorandais. « On se lève et on pratique chacun de notre côté pour améliorer nos mécaniques individuelles. L’après-midi, on pratique des drafts qu’on teste ensuite contre d’autres équipes. On finit par des pratiques amicales, mais sérieuses, qu’on appelle scrims. »

Prochain arrêt

Le BlizzCon marque la fin des activités pour le circuit en 2017. Le tout reprendra au milieu janvier ou il sera possible de voir un nouvel alignement chez Team Freedom.

En ce qui concerne la santé globale de la scène compétitive de HotS, on remarque un KzN optimiste pour l’année qui vient : « 2018 risque d’être un point tournant. Ça passe ou ça casse, mais je crois que ça va aller en s’améliorant. Ça m’étonnerait beaucoup que Blizzard laisse mourir son jeu. » Il dit voir une scène qui se porte bien, après ce qu’il considère être une bonne année pour le titre.

« On espère que le jeu se fera respecter davantage. La plupart des gens voient HotS comme un jeu casual, ce qui est vrai en ce sens qu’il l’est davantage que les autres titres du même genre tels DotA2 et League of Legends. Par contre, ça n’enlève rien au fait que HotS reste un vrai esport. Les professionnels du jeu sont de bons joueurs et la compétition est sérieuse », explique Jérôme.

Du côté compétition, il espère évidemment reproduire ses succès récents en demeurant au top de la ligue nord-américaine : « On continue de tout donner dans le Heroes Global Championship et on verra où ça nous mène! »

On lui souhaite bon succès dans le futur!
Go KzN! Go Team Freedom!

Vous pourrez suivre son équipe en compétition dès la mi-janvier. Rendez-vous sur le site de la ligue HGC d’Amérique du Nord pour connaître l’horaire des matchs lorsqu’elle sera disponible : https://esports.heroesofthestorm.com/en/
En attendant, suivez Jérôme sur les réseaux sociaux!
Twitter : https://twitter.com/KilluZiioN
Twitch : https://go.twitch.tv/killuziion


Lisez tous les articles sur nos gamers professionnels du Québec:

#03 – Louis-Philippe « PainDeViande » Geoffrion

#02 – Tristan « Cake » Côté-Lalumière

#01 – Jérôme « KzN » Tanguay