Nos cyberathlètes : Tristan « Cake » Côté-Lalumière

« Nos cyberathlètes » est une série d’entrevues/portraits dépeignant les professionnels de jeux vidéo compétitifs au Québec. Célébrons leurs succès! Suivons-les et encourageons-les!

Par JEAN-MICHEL LÉPINE, collaborateur    

Bien des gens rêvent de visiter la Californie. Certains l’envient pour son climat méditerranéen, ses palmiers et ses plages, alors que d’autres souhaite vivre la folie hollywoodienne.

Tristan n’est pas là pour ça.

En tant que gamer professionnel, « Cake », comme le surnomment ses coéquipiers, vit à Los Angeles pour jouer à League of Legends.

Signé récemment par l’organisation FlyQuest, un des 10 clubs de la ligue nord-américaine des League of Legends Championship Series (NALCS), Tristan a passé le dernier split à la position d’AD Carry, en substitut du populaire et charismatique Jason « WildTurtle » Tran.

En entrevue, Cake laisse paraître une caractéristique de sa personnalité qui frappe dès qu’on l’écoute raconter le chemin qu’il a emprunté pour se rendre où il en est aujourd’hui. Avec ses trois victoires au LAN ÉTS en quatre tentatives entre 2013 et 2016, ses multiples tops 10 nord-américains en solo queue depuis la saison 4 et s’être fait recruter dans plusieurs clubs-écoles d’organisations de renoms ainsi que deux clubs professionnels, Tristan reste incroyablement humble.

Lorsqu’il décrit ses exploits avec une impassibilité surprenante, on prend conscience en lui parlant que sa modestie résulte du fait qu’il croit avoir encore beaucoup à accomplir pour mériter de quelconques honneurs. Heureusement, un appétit pour le succès le stimule depuis ses tout débuts en sol québécois.

Suivez Cake sur Twitter :

https://twitter.com/Cakelolxd

Du LAN ÉTS à l’Australie

Au secondaire, Tristan fait connaissance avec League of Legends. Développant un talent certain pour le jeu, il commence à prendre la compétition sérieusement à partir de 2013. Après avoir fait quelques petits LAN avec des amis, il décroche sa première grosse victoire avec Armata Gaming à l’édition 2013 du LAN ÉTS, un tournoi qu’il remportera à deux reprises par la suite.

« Un des moments marquants de ma carrière jusqu’à présent reste notre victoire au LAN ÉTS de 2016 », se rappelle Tristan, alors qu’il représentait DatZit Gaming avec une formation spécialement montée pour l’événement. « Nous avions une bonne équipe composée d’autres Québécois tels William “Captain Ziploc” Despard et Gabriel “nothinghere” Charbonneau. La chimie était là et l’ambiance entre les membres de l’équipe était incroyable. »

Cake a fait ses débuts dans les LAN locaux. Il a d’ailleurs remporté les grands honneurs au LAN ÉTS à trois reprises entre 2013 et 2016.

On ajoute à ses accomplissements, quelques parties jouées avec des clubs-écoles d’équipes pros. On additionne le tout à plusieurs tops 10 au classement nord-américain en solo queue et la carrière professionnelle de Cake prend son envol lorsqu’il signe avec l’équipe australienne Tainted Minds dans la ligue d’Océanie.

En décembre 2016, il quitte le Québec pour allez s’installer à Sydney. Éviter l’hiver québécois pour vivre à 25 °C, près de la mer? Avec plaisir.

Malheureusement, à l’arrivée, le rêve laisse place au cauchemar. Les conditions de vie dans la maison d’équipe sont exécrables. Il n’y a pas de climatiseur et la propreté laisse à désirer. Mais le pire n’est pas là : impossible de se pratiquer, car il n’y a aucun ordinateur. L’équipe doit attendre plus de deux semaines avant de recevoir le matériel, et une fois reçu, les joueurs s’aperçoivent que les modèles ne correspondent pas à la qualité de ceux promis dans leur contrat.

Après des disputes légales et une investigation de la part de Riot Games, l’entreprise parente du jeu League of Legends et des NALCS, Cake se défait de son contrat avec l’organisation et rentre au bercail.

La seconde ascension

Toujours nourri par ce désir de réussir, Tristan n’attend pas avant de se remettre à l’ouvrage. Avec un de ses coéquipiers chez Tainted Minds, il se joint à Team 8.1, une équipe nouvellement formée en prévision des qualifications pour les Challenger Series. Une victoire à ce tournoi lui donnerait la chance de se joindre à ligue qui permet d’entrer dans les NALCS.

Après une première phase se déroulant sans embûches, Team Liquid souhaite épauler la formation de Tristan pour la seconde et dernière phase. Team 8.1 porte désormais le nom de Team Liquid Academy.

L’équipe passe tout près d’accomplir l’exploit en s’inclinant 3 à 1 contre Delta Fox dans l’affrontement ultime : « Le fait d’être passé aussi près aura assurément été crève-cœur », regrette Cake. « Je m’entendais extrêmement bien avec ExecutionerKen avec qui je m’occupais de la bot lane. De plus, moi et ShorterACE revenions d’Australie et nous voulions nous prouver, mais en fin de compte, l’équipe a manqué d’un peu de jus lors du dernier droit. »

L’expérience de la qualification du Challenger Series n’aura peut-être pas porté fruit dans l’immédiat, mais elle aura participé à la réalisation de quelque chose d’encore plus grand : la signature d’un deuxième contrat professionnel, cette fois-ci avec l’organisation FlyQuest, une des formations de la ligue majeure d’Amérique du Nord.

Maintenant à Los Angeles, Cake n’est pas là en touriste. Au contraire, ses journées sont bien remplies : « Vers 9 h, nous avons une réunion d’équipe pour regarder nos matchs des journées précédentes ainsi que des matchs provenant de la ligue de Corée, eux qui ont toujours une longueur d’avance sur le reste du monde », explique Tristan. « On parle aussi de stratégies et du jeu en général, le tout dans une atmosphère détendue. Ensuite, deux blocs de scrims se succèdent jusqu’en fin d’après-midi et sont entrecoupés d’une pause pour le lunch. Le reste de la journée est consacré à de l’entraînement individuel. »

[Cake, en parlant des autres joueurs québécois de League of Legends] Plusieurs ont arrêté alors qu’ils étaient tout près du but. […] j’ai vraiment l’impression qu’en poussant un petit peu plus longtemps, ils auraient réussi à percer.

Le nouveau visage des NALCS

En raison de gros changements à venir pour la saison 2018 des NALCS, le contrat de Cake est ouvert en ce sens qu’il lui permet d’explorer ses options sans contraintes légales. À cet effet, Tristan ne croit pas revenir avec FlyQuest pour la saison prochaine. Il affirme ne pas être inquiet pour son futur dans la ligue et démontre un certain optimisme pour la suite de son parcours professionnel.

FlyQuest est une des six équipes qui sera de retour l’an prochain dans la ligue nord-américaine aux côtés des Team Liquid, Cloud9, Team SoloMid, Counter Logic Gaming et Echo Fox. À ces formations se joignent quatre équipes qui feront leur première apparition dans la ligue qui est désormais caractérisée par un système de franchises. De ces nouvelles équipes, on en compte trois étant appuyées par des équipes de la NBA qui ont cru bon investir dans le sport électronique, à savoir les Houston Rockets, les Golden State Warriors et les Cleveland Cavaliers.

« À priori, ça peut sembler bizarre de perdre des équipes de renom comme Immortals, mais à long terme, j’imagine que ce sera bénéfique. J’ose espérer que Riot Games savent ce qu’ils font », dit Tristan. « Le nouveau système avec les club-écoles devrait permettre à plus de joueurs dans les niveaux inférieurs de percer, ce qui ne peut qu’être une meilleure chose en fin de compte. »

 

Cake n’est pas le seul Québécois à jouer dans les rangs professionnels de League of Legends. Olivier « Winter » Lapointe en est un autre qui vient tout juste de terminer son contrat avec Cloud9 en tant que support substitut.

Malgré le bassin de joueur limité dont dispose la province, Tristan croit qu’il y aurait eu possibilité de voir davantage de Québécois dans la scène : « Plusieurs ont arrêté alors qu’ils étaient tout près du but. Certains d’entre eux faisaient bien dans la challenger scene et naviguaient très proche des LCS », dit-il. « Les nothinghere, Zamphira, Ziploc et compagnie, j’ai vraiment l’impression qu’en poussant un petit peu plus longtemps, ils auraient réussi à percer. »

À seulement 22 ans, Tristan se retrouve en possession de tous ses moyens et en a encore beaucoup devant lui. Si son appétit pour la réussite demeure, il devrait en accomplir encore bien davantage et qui sait, peut-être aura-t-il un poste de partant dans un des dix clubs d’ici la fin de la saison prochaine.

Continue de t’acharner Tristan, nous sommes derrière toi.
Nous te souhaitons le meilleur.

Bon succès, Cake.

Suivez Tristan sur Twitter : https://twitter.com/Cakelolxd


Lisez tous les articles sur nos gamers professionnels du Québec:

#03 – Louis-Philippe « PainDeViande » Geoffrion

#02 – Tristan « Cake » Côté-Lalumière

#01 – Jérôme « KzN » Tanguay


Remerciements spéciales à Marilou Hudon pour m’avoir mis en contact avec Tristan et à Jean-Benoit Chasles pour l’aide à la rédaction.